Publicité

Comme je le disais dans le précédent post, nous avons appris les événements du 13 novembre 2015 le lendemain matin via une flopée de SMS qui demandait à mon épouse si on allait bien. Comme beaucoup, nous avons regardé internet sur nos smartphones. Nous ne voulions pas exposer nos enfants aux images sur la TV. Ce n'est pas l'envie qui nous manquait. Nous sommes parents, et nous avons fait le choix de la préservation de nos jeunes enfants.

Cet article servira de témoignage, de ma vision proche de Paris (Banlieue). Il était difficile pour moi de ne pas parler des attentats. Il était difficile d’enchaîner des articles plus ou moins futiles. Comment tourner un tel article sans tomber dans les clichés (ce que je fais à la fin). Je n'ai pas les réponses, alors j'écris un long article qui relate le comment j'ai vécu la chose.

N'étant plus secouriste, je n'ai pas été appelé, je n'étais pas au cœur de l'action. C'est sûrement mieux ainsi.

Mon épouse a revisionné l'épisode des maternelles sur France 5, du comment parler des attentats à son enfant. Plus tard, viendra la question quel monde laisserons nous à nos enfants ?

Mise en pratique des conseils des maternelles, le résultat étonnant. Notre numéro 1 de 5 ans a monté la garde toute la journée à la fenêtre, dans l'appartement, avec un sac à dos dans lequel il avait mis un pistolet, une gourde etc ... . Toute la journée, on a entendu parler d'explosion, de mitraillettes de bombes etc .... Le dimanche même tarif, bombe, mitraillettes etc ...  Le soir mon épouse en avait franchement ras le bol. Elle a réfléchi (elle le fait mieux que moi, le mâle de la maison). Elle me dit il faudrait peut-être dévier le propos. Elle l'a donc orienté vers une nouvelle piste qu'il n'avait pas exploré, le secours à victime. La soirée a été beaucoup plus calme. La solution était donc de dévier le propos.

Nous avons vécu la journée accroché à notre Smartphone, Facebook, Twitter etc... Personnellement, j'étais inquiet pour un collègue qui ne répondait pas. Tout va bien pour lui, il faisait juste une grasse matinée. C'est là qu'on s'aperçoit qu'aussi blindé qu'on se pense, on a une certaine sensibilité. Mes années de secourisme dans les équipes Croix-Rouge, m'avait rendu insensible à nombre de situations de détresse.

Pour ma part, aucune victime proche à déplorer.

Ce samedi, je pensais à mes copains secouristes de la Croix-Rouge française à qui il faudra un moment pour évacuer les images de ce qu'ils ont vu (et dont ils n'ont pas le droit de parler, sauf entre eux). Je pense également à tous les autres services de secours, de défense etc... qu'il faudra accompagner.

Le lendemain (dimanche), sur Facebook, on en était encore à la recherche d'un proche, des milliers de messages relayés. On était moins collé au Smartphone. On commençait à changer sa photo de profil pour ajouter un filtre bleu-blanc-rouge. Il faut en parler pour évacuer le mal. c'est important. On redoute un peu le lundi et la rentrée scolaire des enfants. Que vont-ils entendre ?

On va devoir vivre avec le régime des rumeurs, de la peur des uns et des autres.

Le Lundi, à l'école rien de particulier pour Ville d'Avray. A Courbevoie, on avait eu interdiction d'entrer dans l'école. Dans les transports, ce lundi était incroyable, les trains était supprimés (bon ça c'est le quotidien), à la différence qu'on a pu monter sans problème. Le métro 1 était également pas très rempli. Les gens sont allés s'entasser sur les routes, dans des bouchons dignes d'un départ en vacances. Au travail, forcément on en parle. La chose la plus extra-ordinaire qui m'est arrivé c'est le soir dans le métro 1. Je trouvais que la grande roue de la place de la Concorde éclairée en bleu blanc rouge avait de la gueule. J'ai donc sorti mon téléphone de ma sacoche et oublié de fermer cette dernière. Certaines l'ont très bien vu. Alors que j'allais entrer dans la métro, une jeune fille, m'appelle et me tend mon portefeuille. C'était une roumaine, qui me conseille de faire attention à mes affaires que le porte-monnaie était tombé. Bon évidemment, je n'y crois pas, j'ai donc vérifié, rien ne manquait, ni carte bleu, ni monnaie... (après je ne sais pas si ils n'ont pas pris le temps de photographier les cartes bleues). Bref, hier c'était trêve pour tout le monde. Faudra bien protéger tout le monde, les SDF, les roumains, ...

Mardi, changement de registre dans les transports en commun. Le Transilien est bondé. Ce qui me fera écrire sur Tweeter, 'Dans le métro 1, comment reconnaît on quelqu'un qui a pris le Transilien L, à l'odeur de sueur' ... Déjà la vie reprend son cours normal et c'est sûrement mieux. J'ai troqué mes chaussures de ville par des baskets, on ne sait jamais, si il faut courir ça sera mieux. D'ailleurs, peut-être devrais je me remettre au sport. Au bout de 100 mètres je suis fatigué ... J'ai aussi regardé les statistiques du site, et là stupeur, l'article le plus lu est Comment se procurer une arme, mode d'emploi par M6. Cet article était une réaction à la bêtise de M6 après les Attentats de Charlie Hebdo. J'hésite à le supprimer. Mais dans un coin de ma tête, je me dis que tous ces terroristes se retrouvent sans aucune opposition, que c'est trop facile. Je n'arrive pas à peser le pour et le contre armer une population d'autant plus qu'on voit les dégâts que ça cause. On n'est pas dans counter strike, on ne ressuscite pas à la fin. Je sais que mon épouse, refusera une arme à la maison.

[MAJ 18/11/2015] Une femme kamikaze se fait exploser lors d'un assaut du R.A.I.D. Depuis quelques jours on découvre en France les Kamikazes. On recherche l'artificier qui produit ces engins de mort. Ce qui est rassurant c'est que la police fait bien son travail. On se sent de plus en plus en sécurité. D'autre part, on apprend que des raclures ont fait des photos des bars criblés de balles et les ont vendu aux médias. La morale de ces bouffons se situe au niveau d'une pauvre merde au sol.

Au final, quand on y pense, on peut aussi tomber dans une braquage qui tourne mal. La différence est que ces gens sont là pour tuer aveuglément que tu sois musulman, chrétien, blanc, noir, jaune ... Maintenant, vivre avec une boule au ventre ça ne va pas être possible. Personnellement, je continuerais à écouter de la musique punk rock, manger de la charcuterie, boire un peu de vin, espérer être libre, ça sera ma rébellion à moi et ma façon de dire non à l'intégrisme.

 

Si je peux me permettre quelques conseils en cas de nouvelles attaques. je ne sais pas ce que je ferais, mais j'espère avoir quelques réflexes ci-dessous:

Préparez-vous:
- Ayez le numéro du commissariat de Police le plus proche de chez vous (https://lannuaire.service-public.fr/). Le 17 est vite saturé. On a l'exemple de cette personne qui a passé 80 appels sans arriver à joindre la police pour signaler sa position ( Le 15, 17, 18, 112 ne sont pas des agences de renseignements, il y a les réseaux sociaux pour ça Twitter en premier).
- Se maintenir en forme n'est peut-être pas un mauvais investissement, mettez vous au footing.
- Préparez vous psychologiquement comme vous le pouvez.
- Secouriste, ayez toujours des gants sur vous.

Vous êtes pris sous le feu:
- Ne jouez pas aux héros sauf si vous êtes condamnés.
- Protégez-vous, protégez vos proches
- Attendez que ça passe, et surtout ne vous retournez pas.
- Envoyez des SMS, les communications dans ce genre de cas sont vites saturées.

Après le feu:
Vous n'êtes pas blessé ou peu.
- Appelez les secours.
- Commencez à secourir les autres suivant vos moyens et connaissances. Souvent ce n'est pas celui qui gueule le plus qui est en danger immédiat. Il faut accompagner chaque blessé. Dans ce genre de situations, les secours peuvent mettre beaucoup de temps à arriver.
- Posez des garrots SI NÉCESSAIRE et surtout notez l'heure de pose (très très important, l'heure)
- Prévenez vos proches que tout va bien par un SMS simple, Twitter, Facebook.

Immédiatement après les événements, si vous n'êtes pas impliqués. Essayez de joindre vos proches que vous pensez sur la zone par SMS, évitez les appels téléphoniques pour éviter de saturer les réseaux téléphoniques. L'appel téléphonique risque d'être très frustrant, dans la plupart du temps, votre ami décroche et ça raccroche (réseau saturé). Pour les secouristes, vous devez normalement savoir ce que vous avez à faire.

Personnellement, je n'ai pas envie de m'habituer à ces situations, cette année c'est la deuxième fois, c'est déjà beaucoup trop.


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Poster un commentaire en tant qu'invité

0