Publicité

Notre ami grand maître de la confrérie des Trolleurs, Cyrille Borne, titrait le 27 juillet 2013 “PCinpact dégaine le premier”.

Cet article amène plusieurs idées intéressantes, faut il revoir le modèle économique des sites internet, combien vont pouvoir survivre, faut il qu’ils se regroupent, qui peut payer un abonnement ?

Il faut surement voir beaucoup de choses en profondeur car c'est probablement une question de survie d'un site

 

La publicité sur les sites web modèle économique obsolète ?

Dans l’un des commentaires fxt.art disait que la publicité payait les frais marketing, j’ajouterais pour les très gros sites qui font plus du millions de vue par mois. Pour information depuis que j’ai mis une pub de chez google cela ma rapporté 0, virtuellement 11€ depuis octobre 2012 (on est payé à hauteur de 70€). A ce rythme dans 6.5 ans ça devrait être bon :D.

Qu’entend ton par frais marketing ? L’envoi de journaliste dans les différents salon, les publicités, les goodies ? J’ajouterais l’hébergement, la maintenance des serveurs.

D’autre part les outils comme adblock on aidé à la chute de ce revenu, certain site détectant le plugin et vous empêche de lire les articles. C’est sûrement de bonne guerre lorsque notre but numéro est de vivre de son site.

 

Au final il faut peut-être revoir le modèle économique à base de pub ?

Le modèle économique de beaucoup de site est basé sur ce que peut rapporter la publicité.

Je prends l’exemple de gros site qui ont plusieurs employés, les sites mono employé sont concernés mais dans une moindre mesure pour le moment.

Jusqu’à présent les sites vivaient quasi uniquement de la publicité, maintenant (depuis un bon moment) ils ont ajouté les articles, l’habillage de site, les liens sponsors, l’appel aux dons, les contenus payants etc …

Visiblement pour PCINPACT tout cela n’est plus suffisant, ils ont donc décidé de proposer certains articles qu’à leurs abonnés. Cela dit comme le dit Cyrille leur jauge de rentabilité stagne à 10% (il espèrent 25000 abonnés à 0.99€).

Remarquez que le Monde, le Figaro pratique déjà, mais on ne connaît pas leur succès.

On est donc à une étape charnière du modèle économique du web, et cela ne se fera pas sans casse. Seul les sites qui propose des articles avec une réelle valeur ajouté tireront surement leur épingle du jeu et encore.

 

La réalité d’une rédaction

Vous vous souvenez de cette blague des subprimes, où on a fait croire à toutes les banques qu’il y a avait un produit miracle qui permettait de réaliser des profits de 7-8%. Le problème est toujours le même à un moment ça repose sur du concret (du physique). Dans le cas des subprimes c’était les crédits immobiliers sur des gens qui n’avaient pas vraiment les moyens, à un moment ils ne peuvent plus payer et ça s’écroule et comme on a dilué tous ces contrats dans divers produits bancaires, c’est un cataclysme.

Dans la presse la réalité est que dans une rédaction nous avons des journalistes, des maquettistes, des dev etc … Toutes ces personnes ne vivent pas d’amour et d’eau fraîches. Ils veulent être payés (qu’elle drôle d’idée tout de même). Lorsque les revenus publicitaires ont commencé à s'effondrer pour diverses causes ça été la panique pour les chefs (c’est encore la panique). On a commencé à revoir l’esthétique, les contenus des sites pour attirer le chaland, remettre les newsletter à jour (du cul, du porno ça ça attire). Mais visiblement cela ne suffit pas. L’option privilégiée par PCINPACT est donc de fidéliser les lecteurs en offrant (euphémisme) des contenus payants à forte valeur ajouté.

Dans l’hypothèse ou PCINPACT n’arrive pas à son seuil de rentabilité avec un nombre d’abonnés suffisant que lui restera t il comme option ? Se regrouper avec Clubic, gnt ,le Monde, le Figaro, un méga appel au don, un finacement par les plateformes d’appel, mourrir ?

Ensuite il reste faire appel aux pigistes payés à l’article (sûrement un emploi précaire).

Est ce que le bloggeur va tuer les gros sites?

Jusqu’à présent les bloggeurs et la presse comme PCINPACT n’ont pas vraiment les mêmes articles, il ne se marche pas trop dessus. Imaginez qu’un petit malin (très prolixe) se mettent à faire le travail d’une rédaction, utilise un wordpress pour nous fournir les mêmes informations qu’un PCINPACT, GNT etc … que se passera t il ? SI PCINPACT devient entièrement payant il y a de forte chance que j’aille voir le petit malin qui fournie ce genre d’informations. Après tout la source c’est souvent les agences de presse, les fournisseurs eux même. Le problème est que le blogeurs risque de devenir évangéliste ou gourou. On peut avoir un regroupement de bénévoles sous une même étiquette. Le problème du bénévolat c’est que ça reste du bénévolat, et au bout d’un moment si le bénévole n’a pas de ressources il faudra bien qu’il fasse des choix.

Au final mise à part une association qui entretien un blog, il y a peu de chance qu’un blog remplace une institution comme PCINPACT.

 

Comment trouver l’équilibre ?

C’est tout le problème des rédactions, il faut bien vivre, il faut garder son identité, il faut informer. Le but premier de tous ces journaux est bien d’informer, mais à quel prix ? L’équilibre ne sera pas facile à trouver et forcément il y aura de la casse. Tout le monde n’est pas philanthrope, tout le monde n’agit pas par idéal philosophique. On se retrouve dans une monde de requin à l’opposé de ce que se voulait le WEB. Pour le moment la recette miracle ne semble pas encore définitive.

Qui aura accès à l’information ?

C’est tout le problème des modèles payants, qui aura accès à l’information, et cela inquiète Cyrille et y a de quoi. Mise à part faire abonner son CDI de lycée, collège, sa bibliothèque municipale, ça risque d’être le début du grand n’importe quoi. On risque de se retrouver avec ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Y a que voir ce qu’il se passe dans la ville de Puteaux. On supprime les parutions qui ne plaisent pas au maire. Il parait qu’en fait les éditions papiers ont été remplacées par leur éditions numériques (y a pas intérêt d’y avoir trop de coupures électriques).

Twitter va devenir le roi de l’information grâce aux titres des différents journaux, facebook un relais de l’info ou quelque chose de nouveau pas encore sortis.

 

En attendant vaut mieux profiter de cette profusion d’information gratuite, apprendre d’autre langue pour aller voir ce qui se passe chez nos voisins. Contrôler l’information est un très bon moyen pour asseoir une autorité. La désinformation est le meilleur moyen de monter les gens les uns contre les autres surtout en temps de crise.

 

Vous pouvez me faire un don, j’en ferais sûrement bon usage :D


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Poster un commentaire en tant qu'invité

0

La pub ça ne rapporte pas grand chose, en plus ça vous laisse d'horribles cookies non comestibles, autrement appelé trackers. Ce cookie est utilisé par DoubleClick (Google Adsense). Vous avez le droit de ne pas en vouloir et donc quitter cet excellent blog. (par ailleurs j'utilise piwik).