Publicité
PLS croix-rouge

Ce week-end il faisait beau, c'était la journée de la femme, tout le monde était dehors en amoureux ou avec les enfants. Pour notre part, nous avions décidé, comme des milliers de Franciliens, aller pique-niquer à la cité des Sciences de la Villette. Il faut bien rentabiliser le pass famille que nous avons acheté. Le parc de la Villette est vraiment bien, il y a de tout pour défouler tous les gamins. Après, il faut aimer le monde beaucoup de monde. Le monde, je n'aime pas trop. Après avoir visité le sous-marin, que numéro 1 monte à quelques arbres et que numéro 2 commence à divaguer, nous décidons de rentrer à la maison. Finalement, nous allons au bois de Boubou (Boulogne), retrouver Grand-Père et Mabé, les cousins de numéro 1 et 2 et leurs parents.

 Alors que nous discutions de tout et de rien, une voix de femme s'élève. Je me tourne, je vois un homme de grande taille, sur le dos formant un arc avec ses bras et ses jambes. Sur le moment, je pense à une blague de cette homme. La position n'est pas commune, même pour une crise d'épilepsie. Des crises d'épilepsie j'en est vécu de l'extérieur 5. Je m'en souviens comme si c'était hier. Dans un premier temps, je ne bouge pas, plusieurs personnes se précipitent. Bien vite, je m'aperçois qu'aucune n'a de notions de secourismes. Dommage, j'ai pris ma retraite de secouristes au 1er janvier 2015. Finalement, tel le sauveur d'alerte à Malibu, le string en moins, j'y vais. Je m'aperçois aussi que les légendes on la vie dure. Les conseils fusent de partout, mais personne n'est dans l'action.

Pour une crise d'épilepsie, la première chose à faire est d'appeler les secours (18 ou 112 Pompiers, 15 SAMU), tout en essayant de sécuriser la victime (si vous êtes seul).

La crise se déroule en général en 3 phases.

La première phase, dite phase tonique, est sûrement la plus spectaculaire. La victime est prise de mouvements brusques. C'est sur cette phase qu'il faut protéger la victime, car elle peut se blesser en se cognant ... Le mieux est de la mettre en PLS (Position latérale de sécurité) DANS LA MESURE DU POSSIBLE, sinon attendre la deuxième phase !!! . Il est toujours important de parler à la victime, et contrôler les signe vitaux. Pouls, ventilation, pour la conscience c'est une autre histoire car c'est le cerveau qui est atteint. Normalement, cette phase est courte une vingtaine de secondes.

La phase 2 est plus calme mais toute aussi spectaculaire pour ceux qui n'en ont jamais vu. Elle s'appelle la phase clonique. Vous pouvez avoir droit à un apnée avec cynose, c'est ici que la victime peut se mordre la langue, mais par pitié n'essayez pas de l'attraper, vous risquez d'y laisser un doigt !! Le mieux que vous ayez à faire est de dégager les glaires et autres liquides pour qu'il puisse respirer rapidement !! Enfin il  y a secousses musculaires de l’ensemble du corps. Cette phase est assez variable d'une victime à l'autre, dans le cas de hier elle a été plutôt longue.

La phase 3 que l'on appelle "Phase révolutive". La victime va se mettre à ronfler souffler. Avec le relâchement musculaire bien souvent elle urine. Enfin, petit à petit la victime va revenir à elle. Il y a encore une phase critique. Bien souvent la victime veut se relever, mais elle n'est pas encore complètement consciente. Il peut y avoir chute de sa hauteur.

Dans tous les cas, la victime sera conduite à l’hôpital pour des examens !!!

Les choses que j'ai vu et qui ne sont absolument pas à faire. A la défense, une jeune femme s'écroule. Deux jeunes personnes de bonne volontés, la relèvent. Évidemment, elle s'écroule ... Ne pas essayer d'attraper la langue de la victime, sauf cas de force majeure, la victime ne respire plus à cause de la langue recourbé en arrière. Bien généralement, vous n'arriverez pas à ouvrir la machoire !!! Donner de l'eau pendant la crise !! Vous voulez l'étouffer ou bien ?

Hier j'ai entendu, mettez le sur le côté droit. Sur une P.L.S, il n'y a pas de côté préconisé, sauf pour la femme enceinte, un blessé, la personne obèse. Pour la femme enceinte, on la mettra sur son côté gauche.

Dans la plupart des cas, une prise épileptique ne présentera pas de complications post-crise. Ça ne sert pas grand chose de crier et paniquer, cela ajoutera simplement de la confusion. Maintenant que vous connaissez les 3 phases, vous n'avez que les observer, tout en faisant la surveillance de la victime (pouls, ventilation, conscience tout en lui parlant).

Ne soyez pas étonné que la personne ne se rappelle de rien après la crise.

La pire des crises que j'ai vécu était celle d'un papa avec sa fille dans le métro. Pas tant la crise en elle même qui finalement n'était pas très violente. Mais plutôt tout ce qui entoure la crise. Ce papa, n'avait jamais dit à sa fille que cela pouvait arriver. J'avais donc plusieurs choses à gérer, la panique de la fille qui me demandait si son papa allait mourir, les badaud qui voulaient lui donner du sucre, de l'eau et je ne sais quoi encore pendant la crise et bien entendu la victime. Finalement, tout c'est bien fini, le papa a repris conscience rapidement. Il se savait épileptique. Les pompiers sont arrivés la prise en charge a été simple pour eux.

Ce qui m'étonne dans ces 3 cas, c'est la faible proportion de personnes ayant des connaissances en secourisme et premiers secours. Heureusement, il y a toujours une personne qui a le réflexe d'appeler les pompiers.

Bref, une nouvelle fois je ne saurais trop vous conseiller de passer votre PSC1 (AFPS avant).

Pour résumer : 

1) protéger la victime (éviter qu'elle se cogne, PLS) et faire appeler les secours

2) surveiller la victime (pouls, ventilation, neuro)

3) évaluer la longueur des phases

4) attendre les secours

 Les illustrations de la PLS (position latérale de sécurité) provienne du site web de la croix-rouge.fr un petit coup d'oeil me semble indispensable.

 


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Poster un commentaire en tant qu'invité

0

La pub ça ne rapporte pas grand chose, en plus ça vous laisse d'horribles cookies non comestibles, autrement appelé trackers. Ce cookie est utilisé par DoubleClick (Google Adsense). Vous avez le droit de ne pas en vouloir et donc quitter cet excellent blog. (par ailleurs j'utilise piwik).