Publicité
Ecole Sebazac-Concoures - 79-80

Lorsque j'ai reçu l'invitation via copains d'avant, comme quoi ce réseau peut servir à quelque chose, je n'y ai pas trop prêté attention. Faut dire que le rendez-vous des vieux cons, pas trop pour moi. Non pas parce que je n'assume pas mon côté vieux con, juste parce que la nostalgie et moi ne faisons pas bon ménage. Je n'aime pas remuer le passé. Et puis l'Aveyron c'est assez loin de Paris. Bref, des excuses, je peux en trouver des milliers.

Quelques jours plus tard, je reçois un message d'un ami d'enfance qui disait en somme, tu as raté mes 40 ans, ne rate pas ce rendez-vous. C'est vrai, que j'avais raté ses 40 ans pour diverses raisons, la principale étant sûrement mon manque d'organisation pour ce genre de rendez-vous (ça va lui faire plaisir). Bref, cette fois, j'avais décidé d'y aller. Je savais que j'allais me taper 1300 km dans le Week-end en voiture. J'aime pas le train et puis niveau temps, c'est la même chose en gros 7h. L'avion, oui mais je deviens prisonnier du temps. Bien m'en a pris de pas prendre l'avion, mes 2 numéros sont tombés malades la veille du départ. Blague ultime, j'ai trouvé le moyen de me faire arracher une dent de sagesse (comme ça, vous savez tout, pauv pitit moi).

Les premiers 650km de l'aller se sont très bien passés. Finalement, la voiture sur autoroute, même un peu chargée et de nuit, se fait très bien. D'ailleurs, je n'étais pas le seul de venir de loin. Benoît, venant de la Rochelle, avait grosso-modo le même temps de parcours et des virages en plus.

Nous avions rendez-vous le samedi soir à 20 heures dans un troquet de Rodez. Bien évidemment, je ne connaissais pas. J'ai fait du covoiturage. Nous sommes arrivés un peu en avance. En Aveyron, le quart d'heure de courtoisie trop peu pour nous.

L'idée est tout de même étrange à mes yeux, se retrouver pour notre année des 40 ans alors que nous nous sommes séparés après le CM2 dispatché entre les divers collèges ruthénois (Rodez), puis les divers Lycées et enfin pour les plus tenaces universités d'Albi, Toulouse, Montpellier, etc. Qu'allions nous pouvoir nous dire ?

En fait, nous avons tous un point commun, nous venons du même village, la même école (il y en avait 2 à notre époque, le Nord et le Sud). J'ai la particularité d'avoir fait la maternelle jusqu'au CE1 au Sud, puis du CE2 jusqu'au CM2 au Nord. Actuellement, l'école Nord n'existe plus, remplacée par des commerces et le club des vieux (comme je l'appelle, Aîné du Comtal en vrai).

De l'époque du primaire, je me souviens surtout de certaines rivalités, où comment il ne valait mieux pas que je croise F.R. sinon ça partait en live. Cela m'a poursuivi une bonne partie de ma vie. Malheureusement, F.R n'est pas venu. Peut-être n'a-t-il pas reçu l'invitation.
Finalement, nous étions une douzaine si je ne me trompe pas, plus les conjoints de certains et surprise, 2 institutrices avaient fait le déplacement. L'une d'entre elles m'apprendra que le problème de F.R était était violent avec les autres à cette époque.

Anecdote, j'ai appris aussi que certains travaillaient au SMIC au C.E.2 pour avoir plus de copains (il se reconnaîtra).

Voilà tout l'intérêt de ce rendez-vous, apprendre des choses qu'à l'époque nous n'avions pas saisi. Ainsi, j'ai appris que j'étais une sorte d'agité du bocal, un trublion. J'ai appris que certains avaient en souvenir de moi, la fois où un instituteur m'avait envoyé voler à travers un couloir. Heureusement, cela n'a pas fini par le crash de ma tête contre le mur. Je n'en ai qu'un vague souvenir. Il parait que j'avais été viré du cours d'informatique et qu'après, je faisais des bons par la fenêtre pour voir ce qu'il se passait. Mine de rien, ce simple souvenir commun à une classe m'a aidé à comprendre mon numéro 1.
Lorsqu'on est loin de son lieu d'origine, des nouvelles des uns et des autres on a en a bien via vos parents habitent toujours la région.Rien ne remplace la conversation en direct.

L'école pour moi a toujours été un enfer si on écoute mes parents. Cela dit, ils remercient une des institutrices présente à cette soirée, d'avoir réussi à me canaliser. Elle ne se souvenait pas de moi, comme quoi, je ne devais pas être si agité que cela ;).

Le meilleur moment de ce rendez-vous est sûrement l'apéro autour des tables du bar. On pouvait bouger de place et donc discuter avec tout le monde (je suis un grand bavard). Chose étrange ou pas, on avait plein de choses à se dire. Certains sont restés en Aveyron, d'autres sont un peu partout en France. 30 ans ont passé et on se reconnaît tout de suite ou presque. L'une d'entre elles m'avait croisé dans un des magasins de Sébazac dans la journée. Je ne l'ai pas vu, mais elle m'avait bien reconnu.

Une fois à table, c'est tout aussi intéressant, mais un peu plus limité aux personnes que nous avons autour de nous. Grâce aux personnes restés au pays, on a pu avoir des nouvelles de certains absents. Ce qui est étonnant, c'est la liberté de ton. On ne s'embarrasse pas de politesses presque comme quand on était enfant et qu'on se disait des méchancetés gratuites, les méchancetés en moins.

En tant que geek, j'ai bien compris que j'étais le seul sous Linux. Que Windows 10 avait envahi la place... ;) (voilà c'était pour le quota geek du site).

Conclusion, on a parlé de tout et de rien, de nos vies, de comment on avait vécu le primaire et tellement d'autres choses. Je ne regrette absolument pas les 1300 km passés sur la route. Si c'était à refaire, je le referais. Comme quoi, les amis d'enfance du primaire reste une valeur sure. Une des 2 organisatrices à même eu l'attention de me demander par mail si j'étais bien arrivé à Paris. Bref, je n'appellerais plus ce rendez-vous, le rendez-vous des vieux cons. Cela dit, si on remet ça dans 10 ans, je me demande bien ce qu'on aura à se dire.  On ne va pas reparler du primaire tout de même ?? J'espère seulement qu'on ne commencera pas le décompte des morts.

Je remercie les organisatrices, celui qui m'a mis un coup de pieds aux fesses pour que je me bouge, tous les présents et leur épouse pour cette agréable soirée.


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Poster un commentaire en tant qu'invité

0

La pub ça ne rapporte pas grand chose, en plus ça vous laisse d'horribles cookies non comestibles, autrement appelé trackers. Ce cookie est utilisé par DoubleClick (Google Adsense). Vous avez le droit de ne pas en vouloir et donc quitter cet excellent blog. (par ailleurs j'utilise piwik).